Nazmi Antabi al-Nabulsi
Sur la question arabe en général et la Palestine en particulier (1929)

Le mouvement national palestinien à New York, la grande ville, a tenu une réunion après avoir été contacté par la Ligue des Nations pour l'autorisation, et a décidé à l'unanimité de publier cet appel à toutes les associations et conférences syriennes et palestiniennes et à toutes les autorités arabes pour que les associations décident d'un plan de défense général contre les dommages et l'oppression causés au pays, sur la base des éléments suivants :

Premièrement - Les alliés ont combattu les batailles de la guerre et ont adopté le principe de libération des peuples opprimés pour eux-mêmes, comme l'ont déclaré leurs ministres pendant et après la Grande Guerre, ainsi que le Maître Wilson dans ses discours et dans ses quatorze points. Selon ce principe et conformément au traité conclu entre Sa Majesté le roi Hussein le premier et la Grande-Bretagne en 1915, selon les dires du colonel britannique en Égypte, Sir Henry McMahon, et conformément aux correspondances échangées entre le gouvernement du Hedjaz et les Anglais, les Arabes alliés ont été aidés depuis 1916 par leur entrée en guerre et leur proclamation de révolution contre le gouvernement ottoman. Le droit des Arabes à l'indépendance ne se limitait pas aux promesses et aux traités internationaux, ni au système de la Société des Nations, ni aux quatorze points de Wilson, mais plutôt à l'héritage de gloire et de patriotisme des Arabes syriens, à leurs traditions innées et à leur aptitude politique et administrative, comme le prouve la présence de députés arabes du Congrès ottoman dans le Parlement ottoman et la gestion par beaucoup d'entre eux de postes élevés, politiques, militaires, administratifs et scientifiques, ce qui confère aux Arabes un droit certain supérieur à leur droit naturel à l'indépendance et à la liberté. Cependant, les alliés ont effectivement suivi la voie de la colonisation et de l'oppression des peuples et de l'intérêt personnel. Le gouvernement britannique a promis dans une lettre datée du 2 novembre 1917 envoyée par M. Balfour à Lord Rothschild un foyer national en Palestine, et M. Clemenceau et M. Lloyd George ont conspiré après la guerre en vertu de l'accord Sykes-Picot, la Syrie a été divisée en parties et a subi des dommages, de l'injustice, de l'oppression et de l'esclavage inattendus. Ils ont ainsi renié tous les principes dont les alliés étaient fiers et ont jeté au vent les accords et les promesses qu'ils avaient fait après la guerre ! Ce qui est encore plus étrange, c'est que la Société des Nations, née des principes démocratiques modernes et ayant le pouvoir de superviser les mandats, et dont l'une des fonctions était de protéger les peuples opprimés, comme le lui permettait le mandat de la Société signé à Versailles le 28 juin 1919, n'a pas entendu notre voix mêlée à la douceur de la vérité et a fermé les yeux sur toutes les injustices commises par les mandataires dans notre pays. Après une réunion secrète de la Société des Nations, elle a sincèrement, sauf pour l'Irak, décidé les mandats, ce qui confirme l'opinion selon laquelle la Société des Nations n'était qu'un moyen de concilier le nationalisme nouveau avec la politique coloniale ancienne. Comme les Arabes ont échoué dans toutes les affaires politiques étrangères et n'ont trouvé que du mépris de la part des Européens chaque fois qu'ils se sont rapprochés d'eux, il leur incombe de limiter leurs activités à leurs propres pays et à ce qui les concerne en termes de pays arabes ou de pays religieux sacrés, tout en persévérant dans le jihad politique, économique et scientifique.

Deuxièmement - La question arabe était à ses débuts une question unifiée pour tous les pays arabes de Syrie (nord et sud), d'Irak et du Hedjaz, et les promesses sur lesquelles les Arabes se basaient incluaient tous ces pays, car des personnes de différents pays et provinces arabes ont participé à l'armée arabe, mais les puissances coloniales étrangères ont divisé notre pays, l'ont démembré et ont fait de chaque pays une question différente, différemment liée à un gouvernement particulier; soutenant ainsi leur politique de diviser la parole arabe pour compliquer la résolution des questions arabes, qui sont complémentaires les unes des autres, en plus de la question arabe qui a commencé de manière globale, la position géographique des pays arabes, en termes de perte des frontières naturelles entre eux et du manque de chaque pays à un autre, différant par son sol et ses ressources, renforce la connexion naturelle entre les Arabes en considération de l'unification linguistique et ethnique, et nous confirme que cette question unie politiquement et économiquement doit être résolue par tous les Arabes et qu'ils doivent coopérer pour éloigner le danger dans tous les pays, comme c'était le cas au début du mouvement arabe en 1915, et comme la nation arabe a pris les rênes pour soutenir son indépendance - la renaissance considère que la première étape que les Palestiniens doivent prendre est de diffuser l'appel dans tous les pays arabes pour coopérer à éloigner l'esclavage de nous tous, sur la base de la coopération étant un moyen pour l'indépendance du pays à travers la Ligue arabe, et ainsi les Arabes doivent résister au sionisme et aux colonisateurs étrangers aussi bien que les Palestiniens le font s'ils étaient seuls. C'est pourquoi la renaissance préfère un consensus sur la façon de mener cette lutte politique effective et cherche à renforcer cette lutte par les méthodes scientifiques appropriées approuvées par l'opinion.

Troisièmement - Boycotter les Juifs, leur permettant tout sauf les terres (c'est-à-dire seulement les biens meubles) et interdire d'acheter chez eux, soutenant cela, la renaissance est maintenant intéressée par un projet d

'établissement d'une banque en Palestine pour que la résistance soit basée sur une base économique scientifique pratique pour bénéficier à l'agriculteur et au commerçant, afin que le boycott ne nuise pas au pays, et ici nous ne pouvons que déclarer que l'échec ou la réussite de ce projet dépend des habitants du pays, si les immigrants qui travaillent pour la cause ne voient pas tout ce qui peut être fait de la part des habitants du pays pour acheter des actions, le projet restera caché, ce qui indique que les habitants du pays ne comprennent pas le sens des méthodes nationales réelles. Nous ne voyons pas que le jihad économique consiste à écrire des articles dans les journaux mais plutôt à agir, et ce projet est le plus grand travail bénéfique de ce point de vue.

Quatrièmement - Diffusion de l'appel parmi tous les publics des villes et des villages : soit par l'établissement de clubs, soit par la tenue de discours et de prêches à des moments précis pour éclairer les pays sur la lumière de la connaissance et sur la question nationale et sur les dommages causés par la vente de terres, et sur la représentation de l'esclavage subi par les habitants, et les mosquées et les églises devraient contribuer pleinement à cette tâche.

Cinquièmement - L'une des principales raisons valables de préserver notre entité nationale et d'atteindre nos aspirations nationales est la diffusion du savoir, et chaque homme devrait envoyer son fils à l'école pour acquérir le savoir, en particulier les écoles nationales, car elles engendrent dans les esprits un véritable instinct national.

Sixièmement - La renaissance adopte les principes contenus dans les clauses précédentes comme principe pour son prochain jihad, espérant que chaque association ou autorité arabe proposera toute suggestion concernant le travail de base de la renaissance, et nous souhaitons être contactés pour prendre des mesures communes efficaces pour réaliser nos aspirations légitimes.

Conclusion - Les Arabes ont réalisé après avoir subi toutes sortes de souffrances qu'il est temps de cesser de protester et de crier, et que le seul moyen d'atteindre nos droits et de réaliser nos aspirations nationales est de devenir forts. Comme notre faiblesse a été la cause de notre oppression et de la dégradation de notre dignité arabe, la force sera vraiment la cause de notre atteinte à ce que nous cherchons de liberté et d'indépendance, et les expériences politiques et temporelles passées nous ont appris que la faiblesse des Arabes dans leur division et leur dispersion a donné à l'étranger une chance de jouer avec les fortunes de la nation arabe, donc ce qui précède est une leçon pour nous, et il est temps de revigorer l'indépendance et la liberté avec des cœurs liés en comptant sur nous-mêmes dans ce noble jihad.

Que vive la Palestine arabe libre, que vive la Syrie unifiée, que vive la Ligue arabe. Renaissance nationale palestinienne. New York... Nazmi Antabi. Al-Nabulsi.
Made on
Tilda